La Vérendrye : menaces et intimidation sur les barrages

2020-09-28 - La Sûreté du Québec a reçu, en effet, plusieurs plaintes de chasseurs concernant les barrages dans la réserve faunique.

Parmi ces chasseurs, Guillaume Richer dit avoir eu la peur de sa vie, alors que des Autochtones l'ont intercepté à la hauteur du chemin Lépine, au kilomètre 45, au sud de la réserve faunique La Vérendrye, alors qu'il retournait chez lui, après la chasse.

Il raconte qu'il a dû faire un détour de plus de 500 kilomètres, donc 10 heures de voiture, pour tenter d'éviter un barrage.

Pour l'heure, selon Carl Charest, attaché au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, les discussions se poursuivent entre le gouvernement et les communautés autochtones, afin de trouver un terrain d'entente au sujet des demandes des Premières Nations.

Rappelons que celles-ci souhaitent obtenir un moratoire de cinq ans sur la chasse sportive à l'orignal, dans la réserve faunique La Vérendrye.