FIQ-SISSAT : moyens de pression rejetés

2021-05-25 - Les membres de la FIQ-SISSAT devront faire des heures supplémentaires.

Le syndicat voulait démontrer, en cessant les heures volontaires du 25 mai au 1er juin, le besoin criant de main-d’œuvre dans la région.

Par contre, ce moyen de pression a été déclaré illégal par le Tribunal administratif du travail.

Pour Jean-Sébastien Blais, le président de la FIQ-SISSAT, le message est clair : si rien n'est fait, c'est un potentiel de 1 600 personnes qui risquent de quitter le domaine de la santé. Il estime qu'il s'effectue de 30 à 40 pour cent d'heures supplémentaires en Abitibi-Témiscamingue comparativement de 3 à 5 ailleurs.

D'ailleurs, si aucune entente ne convenue, le syndicat promet de ne pas en rester là.