Fermeture de la frontière : les pourvoyeurs paient le prix

2021-05-21 - Pour une deuxième année consécutive, la saison de la pêche débute en queue de poisson pour les pourvoyeurs du Témiscamingue.

Un été plutôt difficile s'enligne pour les pourvoyeurs du Témiscamingue. C'est que, même si les déplacements entre les régions du Québec sont permis dès le 28 mai, la frontière entre l'Ontario et le Québec est toujours fermée.

Un coup dur pour les pourvoiries, alors que leur clientèle est constituée essentiellement, de 80 à 95 %, de non-résident du Québec.

Pour Yves Bouthillette, propriétaire de la pourvoirie et président de l’Association des pourvoyeurs de l’Abitibi-Témiscamingue, c'est surtout l'emplacement géographique qui joue contre eux.

Malgré ces difficultés vécues dans sa région, la préfète du Témiscamingue, Claire Bolduc, estime qu'il est encore trop tôt pour rouvrir les frontières entre les deux provinces.

Les pourvoyeurs du Témiscamingue attendent avec impatience la levée du décret concernant la frontière Ontario-Québec.

Lili Mercure est allée à la rencontre d'une pourvoirie du Témiscamingue pour en apprendre davantage sur leurs difficultés, ainsi qu'à la Pourvoirie de Lac Guegen, à Val-d'Or, où son président, Éric Paquet, lui a parlé des avantages des assouplissements dans son secteur.