Pas de retour en zone jaune pour l'Abitibi-Témiscamingue

2021-03-16 - L'Abitibi-Témiscamingue, en effet, ne fait pas partie des régions dont le premier ministre a annoncé le passage au palier de préalerte.

Seuls la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec ont obtenu le privilège de passer en zone jaune et, conséquemment, n'auront plus de couvre-feu à respecter, entre autres.

Bien que l'on observe une baisse du nombre de cas actifs dans la région, la présence de variants pourrait expliquer la décision de maintenir l'Abitibi-Témiscamingue en mode d’alerte modérée, soit le palier orange.

Plus tôt, ce matin, cinq cas supplémentaires du variant d'Afrique du Sud ont été rapportés par l'Institut national de la santé publique. Avec l'ajout de ceux-ci, on compte donc 100 cas confirmés du nouveau variant dans la région, même si 95 d'entre eux sont rétablis, selon la Santé publique, qui attend toujours les résultats de séquençage concernant les échantillons de trois éclosions.

Il faut dire que le variant sud-africain inquiète les autorités de la santé, tout comme le variant britannique, dont le nombre de cas prend de l'ampleur dans la province.


Bien que les annonces d'aujourd'hui n'apporteront que peu de changements aux mesures qui s'appliquent dans la région, signalons toutefois que dans toutes les zones orange, les élèves de secondaire 3, 4, et 5 retourneront en classe à temps plein à partir du 22 mars et non plus une journée sur deux.

Pour ce qui est de la vaccination, le premier ministre et le directeur de la santé publique, Horacio Arruda, ont réitéré que tous les vaccins offerts dans la province sont efficaces et sécuritaires, y compris le vaccin d'AstraZeneca, dont plusieurs pays européens ont suspendu l'utilisation, après le signalement d’effets secondaires.

Par ailleurs, toujours en lien avec la vaccination, François Legault a affirmé que d'ici la mi-avril, tous les gens de 65 ans et plus qui le veulent pourront se faire vacciner. D’autre part, d’après les prédictions du premier ministre, d'ici au 24 juin, tous les Québécois souhaitant être vaccinés recevront une première dose, ce qui devrait permettre d'envisager une saison estivale plus intéressante.